MICHEL ISARD Index du Forum MICHEL ISARD
SES CHANSONS : Auteur - Compositeur - Interprète
SES CONTES DE PROVENCE : Écrivain - Conteur.....
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 
Automne

 
 

 
LE SITE DE MICHEL ISARD


 
UNE BALLADE EN CHANSONS  -  DES CONTES  DE LA PROVENCE D'HIER - UNE PROMENADE AUX SENTEURS DE THYM, DE ROMARIN - DES ANECDOTES  ET  BIEN D'AUTRES CHOSES ENCORE - DÉCOUVREZ LES

 
 
 
 
Accéder aux rubriques - Aux articles

 
 
RETOUR PAGE D'ACCUEIL

 
 

 
VOUS POUVEZ LAISSER MAINTENANT UN MESSAGE SANS VOUS INSCRIRE

 
 
                                    
IL FAUT EN RIRE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    MICHEL ISARD Index du Forum -> MICHEL ISARD -> Anecdotes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MICHEL ISARD


Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 16
Localisation: MARSEILLE

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 18:50 (2011)    Sujet du message: IL FAUT EN RIRE Répondre en citant

L'année de mes débuts je viens de chanter à la salle Mazenod, deux ou trois chansons, dont une qui s’appelle « Je suis malheureux» (C’est l’histoire d’un gars qui revient dans son village après une longue absence et qui ne le reconnaît plus…H.L.M, Béton...) Je sors de la loge est descends les escaliers pour regagner la salle et voir la suite du spectacle. Au bas de l’escalier trois militaires m’attendent et me demandent un autographe…Abasourdi, j’éclate de rire en leur expliquant que je ne suis rien, que je débute…Ils me disent avoir été très touché par cette chanson (Militaires en mal du pays )Je leurs propose simplement d’aller boire un pot, nous avons passé un bon moment.Toujours la salle MAZENOD, là aussi je regagne la salle après avoir chanté,sans beaucoup de succès (Chansons non adaptées au type de public).Je suis sur le côté de la salle appuyé contre le mur...Puis l'entracte.La grande lumière de la salle s'allume...Un homme monte sur son siège...Me montre du doigt et se met à crier...
" Vous n'avez rien compris le meilleur c'est lui " je ne savais plus ou me mettre...J'étais content aussi.

Au cours de mes débuts j'ai pu à diverses reprises avec beaucoup d'autres, en troupe,chanter dans les hôpitaux...Nous apportions du bonheur, en "affûtant" nos prestations aux niveaux,gestuelle,diction,maîtrise du trac,etc...Nous étions heureux

A Port de Bouc, localité située près de Martigues nous étions là pour divertir avec nos chansons, une assemblée qui se réunissait pour une soirée crêpes.Bien sur, ce beau monde, était plus occupé à déguster les crêpes et commenter fort bruyamment, en riant, que d'écouter les histoires que proposaient ces jeunes chanteurs.
Il faut être aguerri pour ce genre de spectacle,imaginez un peu...Vous chantez avec votre coeur,votre émotion,vous appliquez la gestuelle maintes fois répétée devant la glace,avec vos touches personnelles...et personne ne vous écoute..Nous étions tous consternés, une, je crois me souvenir, pleurait de dépit.
Mon tour vint dans ce brouhaha...avec le plat de la main je frappais très fort sur le micro, sursauts et cris de peur dans la salle, le silence s' installe...Je demande à l'assemblée d'avoir un tout petit peu de considération pour les artistes etc...Je chante ma chanson avec un grand silence (on chantait une chanson et on repassait ensuite)
Le chanteur suivant retrouvera un chahut abominable.Désabusé pour mes amis, je quitte la salle en demandant que mon modeste cachet soit réparti entre les autres artistes.Par la suite je vous raconterai une autre manière utilisée dans un cabaret "Le Méditerranée" pour faire taire une personne qui parlait.J'étais à ce moment là un peu plus confirmé...

Pendant deux ans,chaque samedi soir,je chantais au " Club de la chanson et des arts ".C'était un mélange d'artistes les plus varié,chanteurs,peintres(dont un très renommé maintenant M. FLOUTARD) comédiens etc...Cela me permettait d'essayer mes nouvelles chansons et de progresser,de côtoyer d'autres cultures.C'était très enrichissant,merci à ma femme qui me laissait vivre ma passion en courant quand même un risque (Je rencontrais de jolies filles).Je veux en venir à une soirée ou j'étais entrain de chanter et juste à la fin des applaudissements, le silence revenu,un applaudissement par du haut de l'escalier...(Nous étions dans une grande cave, genre St Germain) une silhouette apparaît...Maurice Fanon chanteur connu à l'époque("L'écharpe" entre-autres) qui dit à l'assemblée...
-Bravo c'est bien...faudra qu'il corrige sa voix elle sort un peu par le nez...J'étais content,par la suite j'ai fait attention.

Un jour, un habitué du club me propose une rencontre formidable...incroyable à mes yeux.Il pouvait me faire rencontrer le grand Jacques Brel...Ce dernier devait venir en visite privée à Marseille. Cet habitué aurait parlé de moi pour que je puisse avoir accès au lieu de la visite et pouvoir approcher J. Brel.J'étais fou de joie.
Le Mercredi était le jour de la visite...Hélas quelques jours avant,nous apprenions que cette visite était annulée.
J. Brel avait changé d'avis ? de nombreuses hypothèses pouvaient être avancées...Seule demeurait à mes yeux, mon immense déception. Ha  ces artistes...

"Le Méditerranée " Cabaret réputé qui se trouvait en plein Vieux Port et qui bénéficiait d'un standing reconnu puisque c'est ce que l'on faisait de mieux à ce niveau.De nombreuses vedettes passaient en "attraction"il était géré par Marcel Rossi et Lita Mirial.Ce cabaret était un cercle privé,avec en particulier, cette appartenance que je dirais "sulfureuse" au "milieux" Marseillais de l'époque.
Apparait dans la presse qu'une audition est prévue,avec à la clé,une semaine d' attraction(à partir de minuit) très bien rénumérée.Nous sommes une centaine à nous présenter,et au terme de l' audition je suis retenu avec Martine Baujoud qui venait de remporter le Grand Prix de la Foire de Marseille.Martine Baujoud qui sera plus tard une des rivales de Mireille Mathieu,une voix merveilleuse...Je rends un hommage à Martine en passant, car elle est aujourd'hui disparue,trop tôt disparue.
Nous en arrivons à l'anecdote.
Je me produits chaque soir après minuit accompagné par mon fidéle guitariste "Alain Valéro" lui aussi trop tôt disparu dans un accident de voiture une semaine après son mariage.Salut Alain.
Au cours du tour de chant s' installe assez bruyament quatre personnes, costumes
gris...chapeaux...tirés à quatre épingles et qui parlent...
A ce moment je suis entrain de chanter "Les deux existences" je designe celui qui est en face de moi,qui parle et je chante le refrain qui dit :
Mais toi tu t' enfous
Tu vis l' amour,tu vis le jour,
Mais toi tu t' en fous,
Tu sais que t'iras dans le trou.
L'homme s'est arreté d'un coup de parler,les autres se sont retournés,j'ai fini le tour de chant dans le plus grand silence.A la fin Alain et moi sortions de scéne,l'homme nous a appelé et il m'a dit :
- Hé petit ! elles sont bien tes chansons (les autres approuvent) on va boire le champagne...
assayez vous petits...(et tout cela avec un accent Corse très prononcé)
Nous avons passé un bon moment en parlant de tout et de rien,mais tout en remarquant que les poches de leurs vestons étaient anormalement enflées...Bons souvenirs quand même cela a été pour nous deux la consécration cette semaine au "Méditerranée".

Mouloudji.

Sachant M.Mouloudji en représentation à Marseille,je déniche son hotel et je m' y rends avec une cassette audio et quelques chansons.Parmi celles-ci, à la fin,je laisse un blanc et j' y ajoute "Les vingt ans de la guerre" une chanson dans son style,deux soldats énemis se rencontrent et se parlent.Très gentil,très abordable,il prend la cassette,me promet de l' écouter,je dois le rappeller pour avoir ses commentaires.Deux jours après  je rencontre Mouloudji dans la rue de Rome et je l' aborde...Bonjour, me dit il,j' ai écouté avec attention votre cassette,de très belles chansons,mais dites moi ne laissez pas des blancs trop importants j'ai failli manquer la meilleure...Les vingt ans de la guerre,formidable chanson etc...des éloges venant de Mouloudji, j'étais content.
- Vous pouvez la prendre dans votre répertoire ?
- Non desolé,j'appartiens à une maison de disque qui a une équipe de paroliers et compositeurs qui eux, doivent fournir les chanteurs de la maison.
Sur ce il me précise que je pourrais récuperer la cassette à l'accueil de l' hotel...Nous nous quittons sur une poignée de main chaleureuse...
A l'accueil de l'hotel...Il n' y avait pas ma cassette...Pendant quelques temps un petit brin d' espoir sommeillait au fond de moi.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 15 Oct - 18:50 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    MICHEL ISARD Index du Forum -> MICHEL ISARD -> Anecdotes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.